samedi 14 février 2009

Visite de La Fayette à Mount Vernon : 225ème Anniversaire

La Fayette devant Mount Vernon (acteur : Mark Schneider).

Façade de Mount Vernon.

Mount Vernon vue du Potomac.

Washington quitte Mount Vernon pour l'Investiture.

VISITE DE LA FAYETTE A MOUNT VERNON : 225ème ANNIVERSAIRE

Surplombant le Potomac, Mount Vernon, la résidence de style Géorgien de George Washington est à la fois une ferme et un moulin. "No estate in America is more pleasantly situated than this" dira Washington. La résidence est ouverte au public.
La Fayette fit une brève visite à Mount Vernon en 1781, le 30 et 31 mars lors de sa reconnaissance avancée de la Virginie. George et Martha Washington se trouvaient alors à New York au Quartier Général Windsor. Ce n'est qu'en 1784 que la Fayette reviendra brièvement sur le domaine, accompagné de son aide de camp le Chevalier de Caraman.
C'est de Lorient cette fois que le "héro des deux mondes" embarque à bord du "Courrier de New York" où il arrive le 4 août 1784. De nombreuses cérémonies sont organisées en son honneur. Il aura même l'occasion de présenter à l'American Philosophical Society une conférence sur l'étrange découverte de Frédérik Antoine Mesmer concernant le "magnétisme animal", alors très en vogue en Europe et pour laquelle le marquis s'était enthousiasmé. Mesmer qui avait publié "L'influence des astres sur le corps humain" enseignait les principes de l'aimantation et les vertus des plantes et des minéraux pour la guérison des malades. Sa méthode très personnelle consistait en l'imposition des mains communiquant le fluide dont il disposait. Ses autres ouvrages "Cures magnétiques", connurent un grand succès. Dans son hôtel près du Louvre, il recevait la plus noble assistance et la société maçonnique de son temps. Il fonda même une loge "L'Harmonie". Les loges allemandes avaient-elles envoyé Mesmer à Paris avec une mission très secrète ? Sa pratique donna naissance à l'hypnose au XIXème siècle. Mesmer ne voulait pas divulguer ses secrets au premier venu. La Fayette qui avait accouru aux extraordinaires et mystérieuses séances de son Frère allemand le supplia de lui enseigner ses méthodes révolutionnaires pour les porter en Amérique. Mesmer y mettra des conditions, un contrat en bonne et dûe forme. Louis XVI qui n'aimait ni les guérisseurs ni les francs-maçons ironisa sur le sujet : "Que pensera Washington quand il saura que vous êtes devenu le premier garçon apothicaire de Mesmer ?" La Fayette répondit : "J'en sais plus que le plus savant des sorciers !".

Lors de sa visite à Mount Vernon du 17 au 29 août et du 25 au 29 novembre 1784, La Fayette aura l'occasion d'affirmer encore sa relation avec Washington. Il lui remettra un tablier maçonnique brodé par sa femme. Washington, très ému, le portera le 18 septembre 1793 lorsque, Président des Etats-Unis d'Amérique, il posera la première pierre du Capitole. (La capitale américaine est particulièrement symbolique en son architecture, ce sera un prochain thème ici).
On sait par des lettres du marquis à Adrienne son épouse, que les deux hommes s'entretinrent d'agriculture, des libertés individuelles et de leurs aspects politiques en pratique, et du type de gouvernement nécessaire à la jeune république.
Lors de son séjour de 1784, La Fayette, farouche défenseur de la Liberté, fut invité à négocier le Traité des Six Nations (appelé aussi et plus clairement en anglais : First Nations/Native Americans Treaty : du nom des tribus indiennes Mohawk, Oneida, Onongada, Ayugo, Seneca et Tuscarora). La situation était loin d'être claire à la suite du traité de 1783 entre la Grande-Bretagne et les Etats-Unis qui avait omis de prendre en compte ces populations de la première heure qui vivaient sur les terres comprises entre les frontières du Canada britannique et des U.S.A. Le traité de paix laissait aux américains le soin d'organiser des arrangements territoriaux. Le Congrès envoya trois représentants tenir conférence avec les représentants des Six nations à Fort Schuyler. La présence de La Fayette fut de bon augure, les Indiens conservant un excellent souvenir de lui et de son engagement dans les négociations tribales de 1778. Ils n'oubliaient pas
non plus qu'ils avaient combattu à ses côtés à Barren Hill la même année près de Valley Forge.
On le sait, La Fayette ne participera pas à la négociation jusqu'au bout, les représentants du Congrès ayant pris ombrage de sa popularité, mais il avait créé une atmosphère propice. Il se retirera avec le fils d'un chef de tribu, âgé de 12 ans en lui promettant de lui offrir une bonne éducation en France.
En 1784, peu après le départ de son ami, Washington écrira à La Fayette ces mots touchants :
"My Dear Marquis, In the moment of our separation, upon the road as I travelled, and every hour since, I felt all that love, respect and attachment for you, with which length of years, close connexion and your merit have inspired me".
On célèbre cette année le 225ème anniversaire de la visite de La Fayette à Mount Vernon en Virginie. D'importantes cérémonies sont prévues.
Voir aussi : See also :

3 commentaires:

Alain Curull et Florence Nalin a dit…

Voilà encore un article fort intéressant !

BC Doan a dit…

Beautiful photos!

Daziano a dit…

Oui, fort interessant indeed!!! Juste comme toujours!