samedi 31 octobre 2009

Pierre Loti, l'Oublié de la Toussaint et le Fantôme d'Orient



PIERRE LOTI, L'OUBLIE DE LA TOUSSAINT ET LE FANTOME D'ORIENT
Pierre Loti, notre gloire locale, a tant oeuvré pour notre belle ville, s'est tant battu pour son arsenal, a amené à Rochefort nombre de personnalités et même des têtes couronnées pour des fêtes somptueuses que la Ville en a été auréolée de son prestige. Le grand écrivain aimait le patrimoine, il a même sauvé le château de La Roche Courbon.
En cette Toussaint 2009, son monument est toujours aussi mal entretenu, les mauvaises herbes se disputent avec un lierre malingre et rabougri. Des chrysanthèmes? aucun, mais qu'a donc la mairie de Rochefort contre l'auteur de Madame Chrysanthème? Depuis plusieurs années, on le méprise, sa maison attend toujours sa réfection. Heureusement que les guides et conférencières sont des passionnés et qu'ils vous feront découvrir son univers onirique avec un charme particulier.
L'ingratitude ou l'avarice de la mairie sont tout à fait anachroniques à une époque où l'on nous parle tant de mémoire, de respect, de souvenir. La stèle d'un autre grand français, le Général de Gaulle, a elle aussi besoin de soins. Elle a reçu trois malheureux chrysanthèmes chétifs mis à la va-vite par la Municipalité qui à l'évidence n'en a cure. Tout comme elle oublie ce bon LaFayette, vrai défenseur de la Liberté qui partit de Rochefort pour une héroïque épopée. Mais quelle est donc cette odieuse personne qui ne sait pas ce qu'est une fleur? Une écologiste de plus, sans doute!
Une ville qui n'honore plus ses gloires, qui renie son passé, s'enfonce inexorablement dans l'oubli. Elle commet un crime et cela les Rochefortais s'en souviendront. La chose est déjà sur toutes les lèvres en ville...La Ville renaîtra-t-elle d'elle-même? Un cycle a été interrompu, tombera-t-elle dans le néant? Les Journées du Patrimoine furent un fiasco cette année.
Le portrait ci-dessus est au Musée Basque et d'Histoire de Bayonne. Il s'agit du Fantôme d'Orient ou Loti devant Istanbul. C'est l'un des seuls portraits que Loti appréciait de lui-même. Dans ce pastel de Lucien Lévy-Dhurmer, le modèle tel un fantôme d'Orient, semble surgir des vapeurs mystérieuses dans lesquelles baigne la Ville. Les minarets et les dômes des mosquées scintillent sous les rayons de lune et une multitude de petites lumières brillent dans le brouillard du Bosphore. Piere Loti, en tenue locale, a le regard perdu dans les limbes du Levant. Détail amusant, ce beau portrait a été réalisé dans sa maison "Bakar Etchéa" à Hendaye. Nous sommes bien dans un Orient rêvé...
Pour les amoureux de Loti, je renvoie au beau livre de Gaston Mauberger, son secrétaire, "Dans l'Intimité de Pierre Loti" (Editions Le Croît Vif) présenté par l'érudit Alain Quella Villégier.

2 commentaires:

Nicolas a dit…

Je suis totalement d'accord avec cette analyse. Le seul "hic" c'est que non nous ne tombons pas dans le néant mais nous sommes bien dans une phase molle. Ou rien n'évolue dans la ville. La mairie ne s'occupe pas de l'image de la ville et c'est une faute grave de leur part.

Nicolas Chambon.

Rochefort-U.S.A. Friendship a dit…

Merci Nicolas. Cela fait plaisir de voir un jeune rochefortais se passionner pour sa ville.
Bien amicalement,
François